DANSE MODERNE

 

La Danse Jazz:

 

La danse jazz est née lorsque les danses sociales noires américaines ont été qualifiées de "danse jazz", c'est à dire lorsque la musique populaire noire a été appelée "jazz" à partir de 1918. Son histoire se divise en deux grandes parties. Des années 1920 à la Seconde Guerre Mondiale, une période que l'ont pourrait appeler "jazz traditionnel", fortement influencé par l'esthétique de la culture noire américaine, et une seconde période des années 1950 à nos jours qui est celle de Modern Jazz.

  

Pendant les années 20, les musiciens chanteurs et danseurs jazz vont travailler ensemble dans des cabarets et des night-clubs. Ces spectacles vont offrir aux danseurs professionnels et aux musiciens l'occasion de s'inspirer mutuellement et d'interagir les uns sur les autres. Les danses sociales telles que le Charleston ou le Black Bottom vont être stylisées, théâtralisées par les artistes pour répondre aux demandes de la scène des théâtres et des cabarets. On peut dire que les danses sociales seront l'une des sources d'inspirations principales de la danse jazz scénique et que cet échange entre danse sociale et danse scénique va perdurer jusque dans les années 1940.

  

Pendant les années 30, les claquettes tiennent une place importante; elles ont beaucoup de points communs avec la musique jazz. Les claquettistes sont des percussionnistes qui apprécient par dessus tout l'improvisation et l'expression individuelle. Musiciens et danseurs jazz partagent les mêmes buts artistiques. Leur partenariat dans les années 30 reflète une mutuelle admiration engendrée par le partage de points de vue esthétiques similaires. Quant au Lindy Hop, une danse sociale populaire inventée en 1928 au Savoy Ballroom de Harlem, elle va devenir la base de tous les styles de danse jazz utilisés entre les années 1930 et 1950. La danse jazz des années 20 aux années 1940 était beaucoup plus préoccupée de rythme que d'espace et de forme.

  

Dans les années 40, les comédies musicales vont employer de plus en plus d'artistes issus de la scène culturelle classique ou moderne. Des chorégraphes classiques de l'American Ballet Theatre comme Agnès de Mille, Jérôme Robbins ou Michael Kidd partagent alors le même souci d'une danse qui soit véhicule d'expression et non simple décoration. Ils vont créer un nouveau style basé sur le vocabulaire classique mais qui utilise le mouvement beaucoup plus librement. Ils y rajoutent pantomime, geste naturel, mouvements issus de danses folkloriques ou sociales et vont définitivement changer la fonction de la danse au sein de la comédie musicale. De simple interlude visuel qu'elle était jusqu'alors, elle devient moteur de l'action en s'intégrant à la dramaturgie, contribuant au développement de la psychologie des personnages ou à la création d'atmosphère qui sont souvent le reflet de leur époque.

  

Dans les années 1940, d'autres chorégraphes venus du champ de la danse moderne comme Jack Cole ou Katherine Dunham vont apporter leur contribution en allant chercher des sources d'inspiration étrangères et en mélangeant des pas de danses ethniques diverses à la danse classique et à la danse moderne.

  

Jack Cole est un danseur moderne, formé au Denishawn. Il représente une des figures majeures dans le développement du style de danse théâtral. Il est considéré comme "le père du Modern Jazz" par la plupart des artistes américains. Très influencé par Ruth St Denis et son amour des danses asiatiques et orientales, il est le premier à avoir l'idée de combiner danses ethniques, danse moderne, danse classique sur de la musique jazz authentique.

  

Katherine Dunham, chorégraphe et anthropologue afro- américaine, va intégrer les principes de la danse classique et de la danse moderne à des éléments de danse de la dispora noire. Elle va ouvrir son école à New-York de 1944 à 1955 et y enseignera sa technique, intégrant les contractions et les balancés de la danse moderne aux tours et aux sauts du classique ajoutant des isolations et des rythmes issus de formes africanistes.

  

Fin des années 50, sur la scène culturelle, après le travail de Dunham, de jeunes chorégraphes afro -américains vont commencer à créer leur vision personnelle de l'Amérique Noire. Ils vont développer des processus syncrétiques en créant une danse mélangeant à part égale danse classique, danse moderne et jazz. Cette nouvelle forme n'avait rien à voir avec le champ du divertissement; son dessin en était reconnu sérieux mais elle différait beaucoup de la danse blanche de l'époque. Faute de trouver une appellation plus appropriée, les critiques blancs l'ont alors étiquetée de celle de la "danse noire". Au début de leur carrière chorégraphique, Talley Beatty ou Alvin Ailey ont été qualifiés de chorégraphes jazz non seulement car leurs créations semblaient plus proche de cette expression que de celles de la danse classique ou de la danse moderne mais aussi parce qu'ils utilisaient beaucoup de compositions de musiciens jazz noirs américains.

  

Lorsque les chorégraphes blancs et noirs vont travailler ensemble, la forme dansée hybride qui est apparue s'élargit encore davantage, adoptant une grande variété d'approches, tout en continuant d'incorporer des pas de danses sociales pour en arriver aux styles sophistiqués d'un Luigi ou un Matt Mattox.

  

Les styles de danse des comédies musicales changeant d'une thématique à l'autre, très rapidement les danseurs ont senti la nécessité d'une formation plus complète que celle de la danse classique qui s'avérait insuffisante. Des danseurs comme Luigi ou Matt Mattox, décidèrent de créer des méthodes de travail qui aideraient les danseurs de Broadway à s'entraîner et à acquérir une maîtrise du corps qui leur permettrait de réussir les auditions quel qu'en soit le style. Cette nouvelle forme a souvent été appelée "Free Style". Matt Mattox s'en revendique plutôt que d'utiliser le terme "Modern Jazz" qui lui semble trop restrictif.

  

Quoiqu'il en soit à partir des années 60 apparaît le terme de Modern Jazz qui va qualifier la danse que nous pratiquons tous aujourd'hui et qui peut se présenter à la fois sous une forme commerciale (comédies musicales, télévision, etc...) ou une forme de concert.

  

Ce résumé historique a été réalisé grâce à l'aimable collaboration de Madame Eliane Seguin, professeur, enseignante à Paris IX Dauphine, auteur de nombreux ouvrages sur la danse jazz.

  

Share This

Suivez-nous

Follow Us

Actualités

Calendrier

Aucun évènement dans le calendrier
Août 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31